Il faut vivre en Bretagne ou non loin pour s’en rendre compte. Mais consommer du beurre doux en Bretagne est une pure hérésie. Ils ne jurent que par le beurre salé qu’ils appellent « amann ». Pour comprendre ce localisme, il faut remonter dans l’histoire. Et pour commencer l’histoire même du beurre. Remontons ensemble le temps !

Le beurre : son histoire !

Et oui rien n’arrive par hasard ! Et même un produit devenu tout ce qu’il y a de commun a une raison d’être et une histoire bien à lui. On retrouve les premières références à ce produit sur une tablette sumérienne datant de 4500. On y retrouve gravé tout le processus de fabrication du beurre. On sait aussi que les civilisations anciennes comme les Grecs ou les Égyptiens s’en servaient comme produit de beauté. C’est ainsi qu’il traverse les âges et les contrées jusque chez nous. Sa consommation devient intense en France dans les régions où l’on produit du lait. Logique ! Il s’agit donc de la Normandie, de la Flandre et de la Bretagne !

Pourquoi du beurre salé ?

Dans ces régions grosses productrices de lait, le beurre devient donc très commun et aussi produit en quantité. Et pour mieux le conserver, les paysans y rajoutent du sel ! Au fil du temps le beurre arrive sur les tables de l’aristocratie française. Mais l’instauration de la gabelle qui n’est ni plus ni moins qu’une taxe sur le sel change la donne. Le sel devient cher et les paysans arrêtent de l’ajouter au beurre. Mais voilà les irréductibles bretons se retrouvent exempts de cette taxe puisque la Bretagne n’était pas rattachée à la France au moment de la création de la gabelle. Et cela est resté au fil des siècles dans les habitudes bretonnes ! À La Smala par exemple vous trouverez en dessert proposé un crumble accompagné d’une glace caramel…au beurre salé! Dégustez !